Le Nom de la rose, réalisé par Jean-Jacques Annaud (1986).

Enquête policière, amour de la connaissance et plongée dans le Moyen Âge du XIVe siècle – tels pourraient être les trois mots d’ordre du roman Le Nom de la rose, écrit par le médiéviste et sémioticien Umberto Eco et paru en 1980. Deux ans après la disparition de l’auteur en 2016, j’aimerais rappeler combien ce livre est riche, passionnant et actuel.

Crédibilité historique

Parallèlement à ses nombreuses activités universitaires, Umberto Eco était animé par le besoin d’écrire : c’est de là qu’est partie la conception du Nom de la rose, selon les mots mêmes de l’auteur. Sa proximité avec le monde médiéval l’a conduit à choisir cette époque comme cadre à son histoire. Il dit en effet être plus familier avec le Moyen Âge, qu’il a appris à connaître par une longue et patiente fréquentation des sources historiques, qu’avec notre époque contemporaine, trop souvent résumée à grands traits à travers un écran de télévision. Plus encore, c’est l’idée d’une scène bien précise qui a inspiré Umberto Eco et lancé l’histoire du roman : il voulait raconter l’empoisonnement d’un moine.

Dès lors, il importait de rendre le cadre historique le plus crédible possible. L’auteur s’est abondamment informé sur les différents sujets abordés dans son roman. Il y a tout d’abord l’architecture de l’abbaye bénédictine où se déroule l’action. Cette abbaye fait l’objet de vivantes descriptions – en particulier son portique avec sa scène du Jugement dernier et ses monstres apocalyptiques – afin de plonger le lecteur dans l’atmosphère de la chrétienté médiévale du XIVe siècle. Il y a ensuite une restitution rigoureuse du mode de vie monastique, avec ses rituels, ses rythmes et ses obligations de prière et de travail.

Umberto Eco nous fait également découvrir les nombreuses querelles religieuses de l’époque. On retrouve le conflit entre les papes exilés à Avignon et ceux qui tentent de s’imposer à Rome, sans parler de l’empereur germanique qui cherche à être à la tête de la chrétienté. On découvre aussi la difficile émergence de l’ordre mendiant des Franciscains dont le héros du roman, Guillaume de Baskerville, est un représentant. Enfin, on se frotte à la question des hérésies – ces mouvements considérés comme déviants par l’Église romaine. À cet égard plane sur le roman la figure de l’hérétique Fra Dolcino, personnage historique ayant réellement existé, et de sa compagne, Margherita. Dépeints en héros tragiques en quête d’absolu religieux, ces deux protagonistes furent sauvagement exécutés quelques années avant le début de l’intrigue du livre. On retrouve certains de leurs disciples cachés dans le roman. Dans cette abbaye, c’est donc une guerre pour la pureté et pour la légitimité religieuse qui se déchaîne en arrière-plan de la narration, si bien que le lecteur se trouve pris au jeu infernal des moines tiraillés entre d’un côté l’enfer de leurs pulsions trop humaines de chair ou de savoir, et, de l’autre, le paradis de la vérité et de la pureté.

Enfin, il était fondamental pour Umberto Eco de créer un style d’écriture et des dialogues convaincants : pas question de faire dialoguer deux moines comme l’on parlerait aujourd’hui. À cet effet, le romancier, déjà grand lecteur et connaisseur des sources médiévales, s’est replongé dedans avant d’écrire son roman. L’objectif était de restituer au mieux le phrasé et le souffle des œuvres écrites du XIVe siècle. Ainsi le livre sonne-t-il toujours extrêmement juste, à travers une poétique qui offre aux non-spécialistes une première approche de la littérature médiévale.

Une enquête policière

Le Nom de la rose est une œuvre exigeante, pour son auteur comme pour son public. Umberto Eco fait le pari qu’il est possible d’écrire un roman historique crédible et vraisemblable tout en jouant sur le registre très contemporain de l’enquête policière. Cette enquête n’est d’ailleurs pas uniquement un simple prétexte narratif destiné à plaire au lecteur. Dans la forme, le romancier a travaillé le déroulement et la conclusion de cette enquête pour la rendre inattendue et ainsi faire réfléchir son public. Dans le fond, on se trouve aussi face à une véritable quête scientifique, qui rappelle celle de l’historien, du chercheur ou du journaliste dont le but final est moins la vérité immuable que la réflexion face à tout discours qui se présente comme vérité.

Nombre de personnages de cette quête sont soit attachants, soit terrifiants, soit un peu des deux – en tout cas, ils nous apparaissent comme hauts en couleur. Le jeune Adso est, tel le lecteur, celui qui ne sait rien de la vie mais qui va tenter d’apprendre au fil des pages. Son maître, Guillaume de Baskerville, véritable Sherlock Holmes du Moyen Âge, est au contraire un monument de savoir et de réflexion – du moins tant que son disciple ne parvient pas à le dépasser. Guillaume nous invite à questionner et interpréter mais aussi à faire preuve de dérision. Figure rassurante, il n’est pourtant pas exempt de défauts – le moindre d’entre eux étant son obstination à vouloir l’emporter dans un débat d’arguments.

Le Rire, huile sur bois du XVᵉ siècle, anonyme.Wikipédia

Du côté des inquiétants, comment ne pas mentionner le moine Salvatore, individu à mi-chemin entre l’homme et la bête, dont le parler étourdissant mélange plusieurs dialectes médiévaux. Il est le fou qui dit autant de vérités que de sornettes.

Parmi les nombreux moines, on peut aussi mentionner Jorge, rival intellectuel de Guillaume, au tempérament austère et implacable. La première confrontation métaphysique entre les deux hommes sur la place du rire dans la définition notre humanité est un grand moment du roman où l’on s’écharpe avec vivacité à coup d’auteurs médiévaux et antiques. Enfin, dans ce monde d’hommes en lutte contre leurs péchés réels ou imaginaires, on pourra remarquer combien la femme est à la fois absente et omniprésente – on la retrouve dans deux figures féminines quasi évanescentes et néanmoins obsédantes, ainsi que dans le titre même du livre à travers l’évocation énigmatique de la « rose », reflet de l’essence même des choses.

Réalités médiévales et échos contemporains

Le roman offre un aperçu saisissant des réalités médiévales. Il permet par exemple de comprendre la réalisation des parchemins au sein du scriptorium de l’abbaye, et de se représenter les enluminures envoûtantes qui y sont réalisées, comme celle « de renards et de fouines armés d’arbalètes qui escaladaient une ville garnie de tours et défendue par des singes » ou encore de visualiser les lettres en forme de serpent et de dragons. Le livre sait aussi frapper le lecteur par des passages contemplatifs ou oniriques extrêmement saisissants. On peut évoquer le rêve d’Adso dans les dernières pages du livre où se mélangent dans une scène de banquet orgiaque de nombreux personnages bibliques, véritable ancêtre de nos cross-over contemporains qui font se rencontrer les héros de nos mythologies actuelles. Enfin, la conclusion du livre, que nous garderons évidemment secrète, touche par son apparente simplicité qui cache en réalité de nombreuses réflexions sur le statut de la vérité.

Le Nom de la rose revêt ainsi une grande actualité. Quelle est notre place face à la quête de la pureté ou de la vérité dans un monde où rien n’est sûr ni stable ? Comment tirer la meilleure part de notre humanité face aux folies d’une époque ? Les plus spécialistes pourront aussi trouver dans la description de la vie monastique ou dans la quête de pureté des échos à la récente parution du livre posthume de Foucault, Les aveux de la chair, où il est question de la production d’un discours sur soi afin de contrôler ses pulsions et ses passions.

Profitons donc de l’été pour nous aventurer avec Guillaume de Baskerville dans une abbaye ou crime et sainteté sont plus proches qu’on ne le croit.